fenêtre bleue de Matisse

peintres, sur abadôn


fenêtre bleue de Matisse, poupée cassée en équilibre ; grésil des foreuses au travail sous le crâne, et ce fourmillement de becs dans les prunelles, quand les oiseaux plongent à l’envers des rues

le hurlement claque, les mains s’allument comme des torches, les voiles courent à leur voyage immobile ; la mer cache ses loups dans sa toison de laine


LES MOTS-CLÉS :

© Michèle Dujardin
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 janvier 2009
merci aux 738 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page