Portes, va savoir

à travers "Les perdants magnifiques" de Leonard Cohen



— Bon, mais alors qu’est-ce que c’était ?
— Un mécanisme.
— Un mécanisme ?
— Le mécanisme éternel ordinaire.
— Et ?
— Le mécanisme éternel ordinaire.
— C’est tout ce que tu vas me dire ?
— Le mécanisme éternel ordinaire comme le grincement des étoiles.
Léonard Cohen, Les Perdants magnifiques.

 

on est là bien tranquille, on lit Les Perdants magnifiques, et soudain ça vous prend, on voit des portes, des portes et des portes et d’autres choses, et on écrit, parce qu’on ne peut pas faire autrement, et on dit au beau brun, hé ! Léonard tu sais, amour de ma vie, t’es un poète, un grand, et je me fous pas mal qu’elles te l’aient déjà dit, les autres, des bien plus belles et des bien plus fortes

comme le grincement des étoiles, ou autre, des gonds, par exemple dans la maison, sa chambre du fond avec femme, aux quatre coins sans murs, perchée dans les cintres, à la cime d’un rideau de fumée avec migraine forte, subdural hématome – mortel pour tout autre – mais grillant chez elle les bibliothèques, leurs conserveries de rats amateurs du Quichotte aussi bien que de toi, l’autre, que la femme ne peut imaginer car impensable est l’autre, toujours, en ses couleurs propres, aussi bien que ses douleurs et son éloignement, quand on a le nez dans les nids à poussière, que l’on est femme d’angle, dos tourné aux échiquiers du bas supportant le roi et ses bruit de langue, où suis-je dit-elle, dans quelle tête si tant besoin, nécessité de toi qui es autre, mais beaucoup trop, et de trop loin, pour moi l’aiguë la demi-droite, femme à large spectre, et comme toute femme de verre, un peu brisée un peu fendue dans le regard de l’autre, qui est aveugle, toujours, invisible verrouillé car impensable est l’autre, pour cette femme comme toute mère, saillante, nouée, son silence dans son ventre, avec bâillon vaginal qui multiplie les spasmes, replie le veau dans ses langes de mort, remet à l’infini sur le métier le travail, la souffrance des lombes, femme en quête d’autre, qui soit elle comme soeur, corps et âme comme souffle, pensable, ici même et non ailleurs, femme de biais dans l’encoignure, inquiète des failles, discontinuités dans la maille de ses jours, avec l’hiver qui arrive, les archives à travers la neige, qui remontent leurs peaux, leurs poches leurs seins, première neige de l’année – mais non la dernière – dit la mort qui nous ouvre les yeux


LES MOTS-CLÉS :

© Michèle Dujardin
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 mars 2009
merci aux 180 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page